Samuel DE LA CRUZ

Samuel DE LA CRUZ

Ostéopathe D.O.

L'ostéopathie, une thérapie naturelle

L'ostéopathie est une médecine manuelle qui consiste à identifier et traiter les restrictions de mobilité dans l'ensemble du corps. Les mains sont nos seuls outils de diagnostic et de traitement.

La perte de mobilité dans le tissu articulaire, osseux, musculaire ou viscéral reflète un déséquilibre dans les fonctions vitales du corps. L’ostéopathe va lever ces restrictions pour faire intervenir la capacité d'autorégulation du corps. L'équilibration des tensions tissulaire permet de traiter cette restriction de mobilité.

L'ostéopathie est réputée pour traiter les troubles physiques tels que les douleurs de dos, mais elle peut aussi prévenir les troubles nerveux, fonctionnels et psychologiques.

Pour résumer, voici ce qu'il faut retenir sur l'ostéopathie :

  • les mains sont les seuls outils d'examen et de traitement,
  • la prise en charge ostéopathique s'intéresse à la globalité du corps humain,
  • importance de la fonction autorégulatrice naturelle du corps.

Quand peut-on faire appel à l'ostéopathie ?

À tout âge, du nouveau-né jusqu’à la personne âgée, l'ostéopathie a beaucoup à apporter, que ce soit dans le préventif comme dans le curatif. L'ostéopathie est reconnue pour avoir un impact sur les thèmes suivant :

  • les troubles myo-articulaires comme les douleurs de dos, les TMS (troubles musculo-squelettiques) liés au travail, les dégénérescences articulaires, les troubles de la posture (tels que la scoliose) et les pathologies du sportif ;
  • les troubles métaboliques entraînant des inflammations, des névralgies ou des problèmes de circulation, ainsi que les troubles liés aux sphères digestive, cardio-pulmonaire, gynéco, ORL et neurovégétative (avec notamment les migraines, les sciatiques, les congestions veineuses, les troubles du sommeil ou encore les troubles du transit) ;
  • les traumatismes entraînant des séquelles et des gènes chroniques comme le « coup du lapin », les fractures, les entorses, les chutes ou les chocs directs ainsi que le stress post-traumatique.

Il est important d'avoir un médecin référent, et il faut savoir que la kinésithérapie est complémentaire de l’ostéopathie.

Mon parcours

J'ai suivi une formation sur 5 ans au Conservatoire Supérieur d'Ostéopathie de Toulouse, qui fait partie des écoles agréée par le Ministère de la Santé et de l'Éducation (RNCP1).

Tout au long de ma formation, j'ai appris à aborder de nombreux domaines tels que les pathologies du sportif (professionnel et amateur), les maladies liés au monde du travail, la périnatalité ou la nutrition.

Mon approche se caractérise par la douceur et la polyvalence : dans un premier temps, j'aime utiliser les mobilisations articulaires et les points d’acupression afin de mettre en situation le corps, puis dans un second temps je me concentre sur une approche plus douce et myo-fasciale. Il m'arrive d'utiliser ponctuellement des techniques structurelles, telles que le «thrust», quand le cas et la morphologie sont adaptés.

J'ai eu la chance d'intervenir dans différents milieux comme les cliniques privées, les clubs sportifs (de haut et de petit niveau) ou encore les cliniques hospitalières, en tant que professionnel ou stagiaire et dans différents pays d'Europe, d’Amérique latine et d’Afrique.